Livre : « Le vide de nos coeurs » (« My heart and other black holes »)

Article de Camille

Le Vide de nos coeurs est un très bon livre, si ce n’est pour un problème : il est lui-même un peu vide… Je m’explique dans cette chronique.

Le Vide de nos coeurs.jpg

Blog VH - My heart black holes

Titre : Le vide de nos coeurs (My heart and other black holes en VO)
Auteur : Jasmine Warga
Date de parution : 2015
Prix Kindle : 4,6 € (VO) /  5 € (fr)
Prix papier : 7 € (VO) / 17 € (fr)
Résumé : À 16 ans, Aysel n’a qu’une obsession : planifier sa propre mort à la perfection. Entre sa mère qui la regarde à peine, ses camarades de lycée qui l’évitent, et son père responsable de l’accident fatal qui a marqué sa petite ville à jamais, pour Aysel la vie est devenue trop lourde à supporter. Seul problème, elle n’est pas sûre d’y arriver seule. C’est alors qu’elle découvre Suicide Partners, un site qui lui permettra de trouver le compagnon idéal. Et c’est FrozenRobot, alias Roman, victime d’une tragédie familiale, sur qui elle jette son dévolu. Aysel et Roman n’ont rien en commun, mais ils commencent à apprivoiser leurs failles.
Alors que la date fatidique approche, Aysel va devoir choisir entre son envie de mourir et celle de convaincre Roman qu’il ne devrait pas se sacrifier.
Et Roman n’est pas du genre facile à persuader…

chroniques avis critiques blog littéraire ado

Je ne sais pas si le résumé en dit trop ou dit juste ce qu’il faut. Il nous dévoile déjà ce qui va se passer – ce qui s’est déjà passé -, et enlève le suspense. Mais d’un autre côté, si le résumé n’avait pas évoqué Suicide Partners, il n’aurait sûrement pas éveillé ma curiosité et je ne l’aurais pas lu…

Aysel est une jeune fille marquée par la vie, elle est renfermée sur elle-même, toujours à l’écart. Roman était une jeune homme bien dans sa peau, populaire, jusqu’à ce qu’une tragédie le frappe et qu’il ne devienne plus que l’ombre de lui-même.

« Depression is like a heaviness that you can’t ever escape. »

My heart and other black holes, Jasmine Warga

Tous deux se rencontrent grâce à un site, Suicide Partners, qui permet de trouver une personne avec qui se suicider. Un peu glauque. Je ne sais pas si ce genre de site existe en vrai, je préfère même ne pas savoir.

(Et en plus, il y a même de l’humour ! Comme quand Ayzel découvre le pseudo de quelqu’un sur Suicide Partners et se fait cette réflexion :)

« I check FrozenRobot’s stats and try not to judge the screen name. But FrozenRobot, really? I understand that everyone on here is a little bit, okay, a lot emotional, but still. Have some dignity. »

– My heart and other black holes, Jasmine Warga

On aurait bien pensé, si ç’avait été vraiment réaliste, que les deux ne se rencontreraient qu’une ou deux fois, juste assez pour planifier leur mort ensemble. Mais non, il n’y aurait alors pas d’histoire. Alors ils se voient régulièrement, discutent, en apprennent de plus en plus l’un sur l’autre… Jusqu’à s’attacher l’un à l’autre, ce qui ne va pas selon leur plan.

D’ailleurs, en parlant des personnages, j’ai trouvé Aysel légèrement pas assez déprimée. Je ne parle pas en connaissance de cause, mais quelqu’un qui a encore envie de faire des choses avant de mourir – comme le remarque Roman, d’ailleurs – n’est pas vraiment une personne 100% déprimée, je pense. Elle s’intéresse encore à ce qu’elle aime, la physique (j’aime bien les personnages qui ont des passions ! Point bonus pour ce livre). Elle n’est pas non plus au fin fond du trou noir, du black hole. Et elle a envie de mourir à cause de ce que son père a fait, ce qui n’est pas du tout une bonne raison. Spoiler : d’ailleurs elle arrive facilement à changer d’avis dis donc ! En 2 pages, elle décide qu’elle ne veut vraiment plus mourir. Sûrement parce que dès le début, elle se faisait croire qu’elle le voulait vraiment alors que non. Et elle le réalise vraiment grâce à FrozenRobot, en fait.

Roman, en revanche, a plutôt une bonne raison de mourir. Mini spoiler (pas sur ce qui lui est arrivé mais sur la fin de l’histoire) : je ne vois pas comment il peut continuer à vivre avec ce qu’il a fait sur la conscience, le pauvre – d’ailleurs le livre aurait été bien s’il avait montré le chemin que Roman fait pour surpasser ça, ça ne doit vraaaiiiment pas être facile. Et c’est plutôt une bonne idée de l’auteur de lui faire supporter ça, car il a vraiment un lourd souci, et ça montre aussi comment faire face à une personne suicidaire – du point de vue de Ayzel, en tout cas.

Ayzel et Roman ont décidé de mourir le 7 avril. Si vous voulez du suspense, évitez de regarder le nom des chapitres…

bannière blog littéraire ado roman livre

L’ambiance du livre n’était pour moi pas assez noire – je m’attendais vraiment à de la dépression pure et dure, des pensées suicidaires tout du long…

« Sometimes I wonder if my heart is like a black hole – it’s so dense that there’s no room for light »

My heart and other black holes, Jasmine Warga

C’était d’ailleurs pas plus mal qu’il n’y ait pas que ça. J’ai trouvé le livre plutôt poétique, et avec de l’espoir. Ce qui n’est d’ailleurs pas une mauvaise idée si des suicidaires veulent lire ce livre, ça peut leur montrer qu’il n’y a pas qu’une seule issue, qu’il est possible de remonter la pente, doucement, avec du temps et de l’aide. Et puis au moins, ça ne fait pas cliché.

A part ça, à quoi vous vous attendez mais qui peut spoiler (si vous ne voulez rien savoir du roman, sautez au paragraphe suivant !):
Ayzel et Roman tombent amoureux, et ça, il n’y en avait pas forcément besoin. La romance n’apporte pas grand’chose. J’aurais préféré les voir remonter la pente par eux-mêmes (pas seuls mais avec d’autres gens, d’autres choses, d’autres événements…), ou même en tant qu’amis, mais là ça faisait un peu « Allez hop, on tombe amoureux, on va continuer à vivre pour l’autre… ». Heu, non, Romanéo et Juliayzel, ça marche pas toujours comme ça…
Blog VH - vide de nos coeursBlog VH - My heart black holes 2e couvAutre point, la couverture avec les pointillés entrecroisées est vraiment magnifique, comme brodée sur du tissu, celle en français est semblable mais le fond pointillé rend un peu moins bien ; ces deux couvertures sont peut-être un peu trop gaies mais vraiment très belles. Bien mieux en tout cas que celle-ci en bleu que je trouve vraiment moche et pas du tout adaptée… Berk !

Avec cette histoire, on sourit, on s’effraye, on s’attriste, ce livre ne laisse pas indifférent, mais ne m’a pas non plus menée au grand-huit émotionnel auquel je m’attendais. Il manquait quelque chose, je ne sais pas trop quoi. Néanmoins, la dépression est plutôt bien décrite, en partie car l’auteure y a été confrontée, comme elle le dit dans sa jolie note de fin de livre.

Conclusion

J’ai vu les critiques sur Internet, elles sont pour la plupart excellentes. C’est un très bon bouquin, pour moi, mais quand même pas un coup de coeur…

Mais un livre réussi sur un sujet délicat ? Oui, j’en tiens un entre les mains.

Dans le tête maladie/dépression/handicap (très joyeux…), vous pourrez aimer : The Memory book et Le Silence de Mélodie.

Publicités

3 réflexions sur “Livre : « Le vide de nos coeurs » (« My heart and other black holes »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s