Série : « Las Chicas del Cable »

Article de Camille et Candice

Que Gran Hotel fasse attention, Las Chicas del Cable pourraient bien lui faire perdre son titre de « série préférée » à mon coeur ! Et ce n’est pas étonnant, car ces deux-là, ainsi que Velvet, sont des séries assez semblables, et pour cause : elle sont du même producteur espagnol et ça se retrouve dans les intrigues que j’aime beaucoup.

Pour moi la question ne se pose pas : Les demoiselles du téléphone n’est pas tout à fait au niveau, et je ne la verrais pas rivaliser avec d’autres séries espagnoles chères à mon coeur, comme Gran Hotel ou L’espionne de Tanger. Les 8 premiers épisodes de la saison 1 sont sortis au printemps sur Netflix, et on voit que la multinationale a souhaité imposer ses critères de production : le résultat est une série sympathique mais sans plus, à la réalisation académique et aux rebondissements attendus.

Blog VH  chicas del cable.jpg

Personnellement, Las Chicas del Cable a tout pour me plaire ! Dès les premières secondes du film, j’ai été happée ! Netflix, pitié, ne nous fais pas languir ! Les séries, moi je dis, il faut les sortir toutes d’un coup ou pas du tout ;P

J’avoue que j’étais toute contente lorsque les épisodes sont sortis sur Netflix, et le pitch donnait envie : une série d’époque (et les costumes qui vont avec !), avec des protagonistes féminins aux idées bien arrêtées sur fond de lutte des classes, le tout saupoudré d’une ou deux histoires d’amour bravant les interdits. Forcément, j’ai tout de suite signé et avalé les épisodes en moins de temps qu’il ne faut pour le dire…

Rien que l’affiche de la série et son trailer donnent déjà super envie. Étant une « grande » production, tout est pensé dans les détails. Même le générique, je l’aime tellement que je ne le saute jamais . Ah là là, cette série, qu’elle est bien ! *soupir*

Blog VH - las chicas cableDéjà, son cadre historique est prometteur. Je ne sais pas pour vous, mais moi je ne connais qu’assez peu l’histoire de l’Espagne, même récente. Alors, me plonger un petit peu dans la vie de l’époque m’a tout de suite attirée. Je connaissais un petit peu les droits des femmes en Espagne (qui sont plutôt en avance sur leur époque avant de s’amoindrir vers le milieu du siècle) alors ça m’ajoute un pincement au coeur d’imaginer nos protagonistes, quelques décennies plus tard, avec des droits encore plus restreints.

Bien que sur le papier, il soit déjà assez choquant de découvrir que les femmes ne pouvaient pas voter, divorcer, ou encore aller à la banque ou travailler sans l’accord de son mari, le voir dans un film, vécu par des personnages auxquels on s’attache nous fait encore plus prendre conscience de ce que subissaient les femmes autrefois – et subissent encore aujourd’hui dans certains pays, je le crains. Je trouve que la question du rôle de la femme dans la société de l’époque est plutôt bien traitée, sans empiéter sur le reste.

C’est vrai que cette série aux accents féministes, avec la diversité de ses personnages principaux, permet de mettre en lumière la diversité des problèmes auxquels les Espagnoles étaient confrontées à l’époque. Faire face à un mari rétrograde et brutal, se faire une place à Madrid quand on arrive de sa province innocente, être la première femme de sa famille à travailler… Ce sont autant de problématiques abordées de façon intéressante par Las Chicas del Cable.

Blog VH - demoiselles téléphone.gif

J’ai aussi beaucoup apprécié la voix-off qui fait des réflexions intelligentes et bien pensées, appuyée sur la vie des personnages, ça apporte un quelque chose en plus.

Pas d’accord du tout sur ce point ! La voix off est non seulement omniprésente mais aussi gnan-gnan à souhait, avec des réflexions pseudo-philosophiques qui tournent en rond, du genre « C’est là que je me suis aperçue que dans la vie, les amis, c’est ce qu’il y a de plus important ». Merci, Sherlock Holmes ! 

Autre petit côté insupportable de cette série : la musique ! Depuis les films de Baz Luhrmann ou le Marie-Antoinette de Sofia Coppola, la grande mode, c’est l’anachronisme musical… S’il peut être intéressant quand il s’agit d’un choix artistique assumé et pertinent, ici les musiques criardes et commerciales n’apportent rien, bien au contraire. On a l’impression que les producteurs ont juste eu la grosse flemme de chercher ce qui s’écoutait à Madrid pendant les années folles !

Pas faux… A côté de ça, il y a l’intrigue, assez semblable à Gran Hotel et Velvet comme je le disais plus tôt. Personnellement, j’aime bien, car je sais que les réalisateurs, habituellement, ne nous « maltraitent » pas, c’est-à-dire que l’histoire se déroule plus ou moins comme on le souhaite (malgré de malheureuses péripéties – sinon y aurait pas d’histoire ! Péripéties toutes plus invraisemblables les unes que les autres, si je peux me permettre). Et puis, ils ne tuent pas nos personnages chéris (*regard appuyé en direction de Downton Abbey*, hm hm) ! En revanche, certains types de personnages meurent assez facilement et un peu toujours de la même manière pas très naturelle. Après, on retrouve aussi une sorte de triangle amoureux (ne partez pas en poussant de hauts cris, vous SAVEZ que ça se finira bien, je vous le dis (enfin, habituellement… Je n’ai regardé qu’une des trois séries jusqu’au bout, en fait !)), et puis toujours un personnage fiancé contre son gré, un majordome un peu sec mais pas méchant au fond, un homme brutal qui cache les apparences, une mère de famille calculatrice, etc… Et puis aussi et surtout, on a quand même un grand recyclage des mêmes acteurs (Yon Gonzalez, Concha Velasco, et puis Amaia Salamanca et Marta Hazas dans les deux autres séries). Enfin bon, moi j’dis j’rien, je les aime bien les acteurs ! Et heureusement ! (Y a que celle de Velvet, Paula Echevarria, qui me fait grincer des dents)

Comme l’a bien résumé Camille, ces séries espagnoles sont des as du recyclage ! Et si ces répétitions lui plaisent (rappelez-vous, elle peut relire le même livre 15 fois sans se lasser et adore les spoilers et les happy ends), pour moi cela commence à faire beaucoup… Le contexte et les thèmes abordés sont donc pour moi intéressants, mais le traitement de l’intrigue laisse à désirer, en penchant un peu trop vers la bluette facile, voire vers la telenovela franchement lassante. À vous de faire votre choix !

Blog VH - chicas cable.jpg

Vu que mes critiques en particulier sont trèèès longues – encore plus quand elles sont à quatre mains -, nous allons abréger notre chronique ici avant que je me mettre à réfléchir à tous les petits détails dont je pourrais vous parler.

Conclusion

Pour finir, tout simplement, nous vous conseillons cette série, en particulier si vous aimez les séries historiques espagnoles (oh, comme je ne regrette pas d’avoir étudié l’espagnol à l’école !!).

Et si vous l’avez vue, dites-nous ce que vous en avez pensé, nous adorerions savoir votre opinion !

 

Publicités

2 réflexions sur “Série : « Las Chicas del Cable »

  1. J’ai adoré cette série que j’ai dévoré en une matinée, après deux jours de Land girls intensifs (que j’ai suuuuuuurkiffée aussi!!!!!). Par contre n’ayant pas (encore) vu Velvet ou Gran hôtel, je ne peux comparer.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s